Objectifs majeurs du projet « Controverses »

Le projet « Controverses scientifiques autour de la Méditerranée (3e–15e s. AD) » s’intéresse à la diffusion de schémas de pensée liés à des concepts scientifiques et aux arguments mis en œuvre pour les défendre ou les contredire dans des documents textuels et visuels tardo-antiques et médiévaux produits autour du bassin méditerranéen.

La manière dont les représentations, ou schémas de pensée, sont défendus ou contredits dans ces documents peut fournir de précieux indices permettant d’identifier le milieu culturel d’origine de l’auteur et, s’ajoutant aux indices linguistiques et iconographiques, de proposer une estimation plus fine de la datation des textes. Ainsi localisés et datés, ces documents peuvent servir de support à une redéfinition des voies de transmission de théories scientifiques majeures autour du bassin méditerranéen.

Cette approche sera expérimentée dans le cadre d’un groupe de travail qui réunira des philologues, des historiens des sciences et des linguistes spécialisés dans au moins un des grands corpus de textes méditerranéens (1). L’idée est bien entendu de favoriser le dialogue entre spécialistes d’aires culturelles, linguistiques et chronologiques différentes afin d’obtenir une vision large et plus juste de la diffusion des concepts scientifiques concernés. Ce groupe s’attachera, tous les six mois, à étudier un nouveau cas de controverse. Les réunions seront mensuelles.

Trois sujets ont d’ores et déjà été retenus. Les controverses concernées portent sur :

  1. Représentations tardo-antiques et médiévales (3e-12e s.) de la composition du cosmos [É. Villey]
  2. Identifications des espèces animales : controverses antiques et modernes [S. Lazaris]
  3. La formation du médecin [R. Alessi]

Ce projet a vocation à durer jusqu’en 2023.

Toute personne souhaitant assister aux séances est invitée à se présenter préalablement aux organisateurs.

Les résultats obtenus et discutés dans le cadre de chaque séminaire (6 mois/ séminaire) sont publiés de deux manières :

  1. Sous la forme d’un article collectif ou d’un numéro thématique de revue internationale d’histoire des sciences ;
  2. Sous la forme de cartes géographiques interactives ; mises en lien avec des « fiches auteurs » rappelant des témoignages antiques et médiévaux, ces cartes permettront de recontextualiser géographiquement et chronologiquement les arguments défendus dans le cadre de la controverse étudiée. Leur accès sur le site web de l’EquIHSAM est restreint durant tout le temps du séminaire. Il est rendu public peu de temps après la séance de clôture.

À moyen terme, il sera envisagé de prolonger cette réflexion selon deux axes qui feront l’objet de deux colloques internationaux durant le projet quinquennal (2018-2023) :

  1. Il s’agira de reprendre à nouveaux frais la question de la formation des hommes de sciences (astronomes, mathématiciens, médecins, etc.) à la fin de l’antiquité et durant le Moyen Âge (2)
  2. La manière de défendre ou d’attaquer certains concepts peut-elle caractériser la pensée astronomique, botanique, médicale ou autre de certains groupes religieux ou culturels ? Les commentaires de la Bible, notamment ceux de la Genèse, seront, pour répondre à cette question, de précieux objets d’observation puisqu’ils présentent l’avantage de rassembler à la fois un état de la science qui est vraisemblablement le reflet de la culture de la communauté d’origine de l’auteur, mais aussi des développements théologiques qui permettent d’identifier avec assurance le groupe religieux qui a favorisé leur composition. Les productions d’auteurs bien identifiés pourront également servir de support à cette enquête. Enfin, bien entendu, l’histoire de la transmission manuscrite des textes scientifiques sera observée très attentivement : d’une part parce que les illustrations et les annotations des copistes apportent des informations supplémentaires sur la diffusion des théories, d’autre part parce qu’il conviendra de tenir compte des cas très intéressants de diffusion d’un texte vers un groupe religieux différent de celui dont il est issu.

Programmation : 11 décembre 2017 : Séance inaugurale du programme


Notes :

1.L’expression « méditerranéen » est à prendre au sens large : elle englobera pour nous l’Europe, l’Afrique du Nord et le Proche Orient et comprendra des corpus en latin, grec, syriaque, hébreu, arabe, arménien, géorgien, pahlavi et vieux slave.

2.Voir notamment H. Hugonnard-Roche (éd.), L’enseignement supérieur dans les mondes antiques et médiévaux, Paris, Vrin, 2008.